PostHeaderIcon Histoire à La Révolution du territoire du SI Saône & Mouzon

La Révolution

L’Assemblée Constituante (1789-1791)

Le 5 mai 1789 a lieu l’ouverture des Etats Généraux à laquelle assiste un certain comte Joseph-Maurice Toustain de Viray, seigneur des Thons, bailli d’épée du baillage de Darney, pour la noblesse en député provisoire. Le 17 juin est constituée l’Assemblée Nationale qui devient le 9 juillet L’Assemblée Constituante.

Pendant l’été 1789, c’est la Grande Peur dans les campagnes qui déclenche des émeutes à Morizécourt et Flabémont « les habitants cherchèrent à forcer les abbés à renoncer à leurs droits seigneuriaux. » Flabémont fut sauvée du pillage grâce à l’intervention des habitants de Serécourt. .

Flabemont011
Photo ADP3P P Hannelle
Porte de l'ancienne Abbaye de Flabémont

La nuit du 4 août a lieu l’abolition des privilèges ( du servage, des juridictions seigneuriales, du droit de chasse et des colombiers, l’égalité des impôts, la vénalité des charges…) et le 2 novembre la confiscation des biens ecclésiastiques .

Dès le 11 jusqu’au 16 octobre est formée une milice de garde nationale à Lamarche

 

Le 4 mars 1790 sont créés les départements et institués les districts (dirigé par un procureur élu) dont celui de Lamarche divisé en 7 cantons ainsi que les municipalités dorénavant soumises à un régime unique avec un Corps municipal élu et un maire. Pour être électeur , il faut être un citoyen actif (français, majeur et payé une contribution équivalente à 3 journées de travail) pour être éligible, 10 journées sont exigées) ainsi qu’ un Conseil général formé de notables. Une justice de paix par canton et un tribunal de district (1er président Jean-Claude Durand, homme de loi)

 

Le système métrique provoque la disparition des mesures spécifiques à chaque région voire chaque village.

Aux Thons les paysans viennent dresser l’inventaire du château et veulent vider la bibliothèque pour apporter les livres à Lamarche afin qu’ils soient brûlés. L’intendant du château réussit à en subtiliser quelques uns. Des blasons, symbole de l’autorité royale, furent martelés, comme à Lamarche sur la maison du lieutenant de Baillage.

Par contre suite au démantèlement des ordres religieux le 12 juillet 1790, de nombreux édifices religieux vont connaître des modifications voire des destructions (églises et couvents vendus comme Biens Nationaux, transformés en usine ou en granges telles l'église ND des Anges des Thons, le couvent des Trinitaires de Lamarche, dont l’église fut transformée en usine de baïonnettes, l'église du prieuré de Morizécourt détruite).

Morizecourt009
Photo ADP3P P Hannelle
Bâtiment annexe du prieuré de Morizécourt -ancienne école !

 

« Pour loger les religieux dont l’ordre est dissous, le Directoire (du département) décida de ne pas mettre en vente , comme biens nationaux, la maison des Récollets de Damblain, celle des Prémontrés de Flabémont.

La persécution religieuse

A cause de la Constitution civile du clergé, le canton eut à souffrir de la persécution religieuse : parmi les victimes des déportations de prêtre réfractaires Jean-Baptiste Ménestrel , né à Serécourt en 1749, vicaire à Hagécourt puis chanoine à Remiremont, fut emmené en avril 1794 et mourut sur les pontons de Rochefort en août 1794. Il a été béatifié en octobre 1995 et a donné son nom à la paroisse Jean-Baptiste Ménestrel qui regroupe aujourd’hui 18 villages (17 du canton et Gignéville).

Villotte010
Photo ADP3P F Relion
Vitrail de Villotte

En Guyane Ignace Guyot de Morizécourt avait au début signé la Constitution civile du Clergé puis s’était rétracté, déporté , il mourut en 1798 à l’âge de 32 ans ; Jean-Baptiste Humbert, trinitaire de Lamarche , déporté en 1797 mourut 2 ans plus tard à l’âge de 40 ans et Joseph Rouyer de Villotte , condamné à la déportation pour crise de fanatisme et mourut en 1799 à l’âge de 36 ans.

 

L’Assemblée Législative ( 1791-1792)

Nicolas Carant , avocat, procureur-syndic du district de Lamarche, ville dont il est maire en 1790, a été député à l’Assemblée Législative (1791-92) . Sous la Convention, il a créé à Lamarche une société populaire jacobine il a arrêté sous la Terreur mais a évité la guillotine grâce à la chute de Robespierre ; revenu à Lamarche il a été nommé président de l’administration cantonale.

 

Le 10 août : prise des tuileries et arrestation du roi va provoquer l’invasion ennemie qui sera arrêtée le 20 septembre à Valmy grâce à la levée de volontaires et le 21 est déclarée la République. Elle sera suivie par des réquisitions et en octobre par l’inventaire des biens d’émigrés.

Certains nobles choisissent d’émigrer et leurs biens sont vendus, d’autres restent mais sont arrêtés, comme M. de Saint Ouen à Nancy , ou comme Henrys de Tillancourt, seigneur de Tollaincourt arrêté une première fois en 1793, une seconde fois en 1794 puis relâché, mais dont les biens avaient été mis sous séquestre et qu’il retrouvera en piteux états, son château de Tollaincourt ayant été pillé, en particulier sa bibliothèque.

Tollaincourt2
Photo ADP3P
Château de Tollaincourt - Actuelle Mairie

Le château d’Isches est vendu, une aile sera détruite par la suite et servira à construire les thermes de Bourbonne-les-Bains . Les habitants d’Aureil-Maison achètent la chapelle à plusieurs et permette ainsi à l’édifice de traverser la période révolutionnaire tranquillement. Chapelle d’Aureil-Maison.

aureil-maison012
Photo ADP3P D Lepand
Chapelle d'Aureil-Maison

Il faut aussi déplorer pour Lamarche la perte de son collège à Paris, le Collège Guillaume de Lamarche, fondé en 1362 pour accueillir quatre élèves boursiers de Lamarche et dont le principal, le procureur trésorier et le chapelain étaient originaires de Lamarche. Il jouissait en 1789 de plus de 30 000 livres de rentes. Jamais la ville, malgré de nombreuses démarches, ne reçut de compensation financière.

 
NEWS

Les recettes insolites

La Banie à Lironcourt

Les Racines du bien.
Roman de Roger Poinsot

Le Batisseur de Rêves
Second Roman de Roger Poinsot
 

Nos visiteurs
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1
mod_vvisit_counterCe mois1
Coordonnées

SI Saône & Mouzon

5, place de la Gare
88320 MARTIGNY LES BAINS

Tél :  03 29 09 74 26
Courriel

yheure28Horaires et jours d'ouverture

De 10h00 à 12h00 les mercredi et samedi du 01/11 au 30/04
&
De 10h-12h et 14h-16h du mardi au samedi du 02/05 au 31/10